Recherche en bref : De quoi les professionnels de la santé du Nord de l’Ontario ont-ils besoin pour mener des actions face aux changements climatiques dans le cadre de leurs fonctions ?

En bref

Dans le Nord de l’Ontario, les professionnels de la santé considèrent que la santé de la population est actuellement menacée par les changements climatiques, et continuera de l’être à l’avenir. Or, comme la plupart ressentent un certain malaise à mener des actions face aux changements climatiques dans le cadre de leurs fonctions, c’est en dehors de leur travail qu’ils se mobilisent.

Cette étude souligne la nécessité pour les professionnels de la santé, les climatologues et les experts locaux de collaborer pour éviter le cloisonnement des connaissances et de l’engagement. Elle met aussi l’accent sur le besoin d’établir dans le Nord un réseau de professionnels de la santé engagés pour élargir et diversifier les travaux de pédagogie et de sensibilisation. L’équipe de recherche recommande que l’action climatique fasse explicitement partie des fonctions de chaque professionnel.le de la santé pour dissiper les incertitudes quant à l’opportunité de l’engagement climatique, tout en réservant expressément des plages de temps à cet effet et en aidant à équilibrer des charges de travail lourdes.  

Objet de la recherche

Dans les collectivités du Nord de l’Ontario géographiquement isolées et marginalisées, il existe d’importantes disparités en matière de santé liées à l’urgence climatique. Ces collectivités présentent souvent une incidence plus élevée de maladies chroniques, d’insécurité alimentaire, de mortalité prématurée et de suicide que le reste de la province, problèmes qui se font sentir de manière disproportionnée dans les populations autochtones.

Les professionnels de la santé souhaitent s’investir davantage dans la lutte contre les changements climatiques, mais ils et elles ne comprennent pas très bien ce qu’il leur est possible de faire dans le cadre de leur travail et manquent d’informations à cet égard. Cette étude porte sur les connaissances, les perceptions et les préoccupations des professionnels de la santé du Nord de l’Ontario concernant les changements climatiques en milieu rural isolé et tributaire des ressources. L’équipe de recherche propose également des mesures que peuvent prendre les professionnels de la santé pour agir face à la crise climatique.

Méthodes

L’équipe de recherche a interviewé 19 professionnels de la santé engagés dans la lutte contre les changements climatiques pour examiner les tendances et les problèmes en ce qui concerne leurs perceptions des changements climatiques et des mesures d’atténuation de leurs effets dans le contexte des zones rurales et éloignées du Nord de l’Ontario. Le cadre de recrutement utilisé a permis d’interroger des représentants aux expériences et aux points de vue variés de diverses professions de la santé, de prestataires de soins d’urgence à des professionnels de la santé publique, en passant par un éventail de professionnels paramédicaux.

Chaque participant.e répondait aux critères d’inclusion suivants :

  1. elle avait déjà travaillé dans le Nord de l’Ontario en tant que professionnel.le de la santé ;
  2. elle se décrivait comme un « chef de file dans la lutte contre les changements climatiques », soit quelqu’un qui a à cœur de promouvoir des solutions face aux changements climatiques pour protéger la santé.

S’il a été possible à l’équipe de recherche de recruter un échantillon diversifié pour ce qui est de l’âge, du genre et de la profession, aucun.e participant.e ne s’est identifié.e comme Autochtone du Nord de l’Ontario.

Conclusions de la recherche

Selon les participants, les changements climatiques représentent une grave menace pour la santé des collectivités du Nord de l’Ontario et alimentent les inégalités. On en constate les conséquences non seulement sur la santé physique, mais aussi sur la santé mentale et le bien‑être. Toujours d’après les participants, leur engagement dans la lutte contre les changements climatiques dans le cadre de leur travail pourrait être renforcé pour protéger la santé.

Les participants ont décrit plusieurs obstacles à cet égard, dont les attentes actuelles concernant le rôle des professionnels de la santé et la politisation de la question du changement climatique. Environ 50 % ont déclaré que leur rôle exige une impartialité et ont exprimé la crainte que leurs interventions au sujet du changement climatique dans leur travail puissent être considérées comme une façon de « promouvoir un agenda », ce qui pourrait nuire à la relation de confiance existant entre les clients, la collectivité et les professionnels de la santé. Selon certains, il convient de trouver des moyens de faire face au problème des changements climatiques en tenant compte du contexte nord-ontarien et de collaborer pour favoriser l’éducation.

Quatre thèmes sont ressortis de l’étude :

  1. Le changement climatique est une grave menace pour la santé humaine. L’ensemble des participants ont convenu que les changements climatiques ont des effets complexes sur la santé des individus et des populations. La majorité des participants estimaient qu’il s’agit d’une question urgente qui appelle des mesures immédiates. En un premier temps, il faut comprendre les effets des changements climatiques sur la santé et trouver des solutions pour empêcher d’autres préjudices.
  2. L’interconnexion des problèmes de santé associés aux changements climatiques qui touchent le Nord. Les incidences sur la santé les plus préoccupantes étaient l’augmentation des maladies à transmission vectorielle, l’insécurité alimentaire et les phénomènes météorologiques extrêmes. En outre, les participants ont mentionné avoir remarqué et observé les effets des changements climatiques sur la santé mentale de clients et de collègues et ont décrit les répercussions d’événements traumatisants découlant des changements climatiques, comme les déplacements forcés, la perte de l’accès à des services sociaux et à des services de santé et les difficultés à se procurer une alimentation saine et culturellement adaptée. Certains ont décrit d’autres effets, comme le chagrin, des traumatismes et des sentiments envahissants de tristesse, voire, dans certains cas, de l’anxiété ou un état dépressif. En revanche, il leur était impossible d’établir avec certitude que les changements climatiques en étaient la cause directe. Chez les clients autochtones, ils ont également noté la perte de leur identité et de leurs terres, ainsi que de leur rapport à la nature, un élément clé de la culture autochtone.
  3. Incertitudes quant à l’opportunité de l’engagement climatique. Si tous les participants considéraient qu’ils ont un rôle à jouer dans l’action climatique, ils estimaient, en revanche, que certains professionnels sont plus habilités que d’autres à le faire. Dans le cadre de cette étude, les professionnels de la santé réglementés et les professionnels paramédicaux, comme les médecins et infirmier.ère.s en soins aigus, estimaient qu’il est du rôle des professionnels de la santé publique d’agir face aux changements climatiques. Les professionnels de la santé publique, qui souscrivaient à ce point de vue, ont fait remarquer que leurs organes directeurs exigent actuellement qu’ils s’attaquent aux problèmes que posent les changements climatiques dans leur travail. Il apparaissait important à de nombreux participants que les professionnels de la santé envoient un message uni et mènent ensemble des actions dans le domaine du changement climatique.
    Selon les participants, les professionnels de la santé ont besoin de plus de formation sur le sujet ainsi que d’outils pratiques de communication et de sensibilisation. Les participants avaient conscience qu’ils ont la responsabilité et l’obligation morale de sensibiliser le public aux risques de santé associés aux changements climatiques, et de lancer un appel à l’action dans le cadre d’un plaidoyer à grande échelle.
  4. Adoption de mesures d’atténuation dans le Nord. Les participants ont indiqué que le recours à des moyens de transport dit actifs, notamment la bicyclette, était une manière de réduire les effets des changements climatiques. Par contre, beaucoup ont ajouté qu’il est difficile d’utiliser ce genre de moyens de transport dans les collectivités du Nord de l’Ontario en raison de sa vaste étendue géographique, du climat, du manque d’infrastructures et de la « culture dominante de l’automobile ». Le grand froid et les abondantes chutes de neige ont également été évoqués comme des facteurs limitatifs.

Applications possibles

Il ressort de cette étude que les professionnels de la santé qui y ont participé souhaitent appréhender avec plus d’assurance les ramifications des changements climatiques, comme la santé, mieux communiquer les effets des changements climatiques et les moyens d’y remédier, fournir des soins appropriés et des interventions efficaces de santé publique et prendre des mesures énergiques en faveur d’un changement véritable. Ils et elles ont indiqué qu’il fallait améliorer l’éducation, la formation et les connaissances sur les effets sur la santé et les avantages connexes pour la santé de l’action climatique. L’équipe de recherche suggère également d’avoir recours aux organes d’information et de communiquer avec les médias, et de favoriser une participation accrue de la population pour renforcer la collaboration intersectorielle. De plus, les travaux de recherches devront à l’avenir tenir compte des points de vue et des opinions des prestataires de soins de santé qui s’identifient comme autochtones, exercent la médecine traditionnelle en appliquant des méthodes de décolonisation ou ont vécu et travaillé dans des collectivités éloignées des Premières Nations de l’extrême nord de la province.

À propos des auteur.e.s

Robert Sanderson, coordonnateur, Northern Ontario Climate Change and Health Collaborative Project1

Lindsay P. Galway, professeure agrégée et Chaire de recherche du Canada en santé socio‑écologique2

  1. Bureau de santé du Nord-Ouest, 210, 1re Rue Nord, Kenora, Canada
  2. Département des sciences de la santé, Université Lakehead, 955, chemin Oliver, Thunder Bay, Canada 

En savoir plus sur